Pourquoi tu galères à choisir un nom pour ton projet + je t’annonce le mien !

Titre en image

J’ai enfin trouvé le nom de mon activité ! (Trop fière) Bon par contre … j’ai mis beaucoup beaucoup de temps. J’ai mis du temps à réaliser que les enjeux du choix du nom vont bien au-delà d’une simple méthode de brainstorming ! C’est surtout une question de regard que tu portes sur ton projet et sur toi : il y a tout un tas de peurs à apaiser et un certain état d’esprit à adopter. D’ailleurs, si toi aussi tu galères depuis des mois à trouver ton nom, c’est probablement de là que vient le problème, plutôt que de tes idées en tant que telles.

Cela veut dire que c’est à toi de fournir l’effort de te conditionner au quotidien.

Quand on cherche un nom pour son projet, on commence tous par suivre les recommandations « classiques » :

  • Faire un brainstorming en écrivant toutes nos idées,
  • Sélectionner les idées qui nous parlent le plus,
  • Les soumettre à notre entourage,
  • Et la base : vérifier que le nom soit disponible, court, mémorisable et qu’il se prononce facilement.

Sauf que moi évidemment, exigeante et tatillonne que je suis, je ne voulais pas que ça ! J’avais tout un tas d’autres critères que je voulais absolument respecter.

Mon nom devait :

  • Rassembler tout ce que j’avais envie d’exprimer
  • Etre percutant et évocateur : que les gens voient directement de quoi ça parle
  • Etre assez « ouvert » pour laisser place aux évolutions futures (oui : tu n’en as peut-être pas encore pris conscience mais ton idée va évoluer au même rythme que toi tu évolues, mais ceci fera l’objet d’un prochain article 😉 )
  • Pas trop plat, du style « Camille Guégan » : il y a des gens qui ont un prénom + nom qui claque, allez savoir pourquoi mais pour moi je trouvais ça bof.

Donc je me lance tout naturellement dans mon brainstorming à la recherche du trésor perdu.
Et … j’avais vraiment l’impression de trouver des noms super bateaux ! Tous plus banals les uns que les autres et aucun qui ne me parlait vraiment. Moi je voulais trouver LE nom qui déchire !
Un vent de panique m’a traversée et la ribambelle d’auto-critiques s’est mise en route : « mais je vais jamais y arriveeer ! / c’est sûrement parce-que mon idée est pas top top que je trouve que des noms pas top top / bon sinon je laisse tomber et je mets mon prénom et mon nom tant pis, … » (et j’en passe).

Sur le coup c’est quasiment si j’étais en train de mettre ma vie en jeu. Personne ne m’avait dit que c’était aussi effrayant de choisir un nom !

Ça me fait sourire maintenant mais ce jour-là je peux te dire que je ne rigolais pas (du tout). ^^

Si pour toi aussi, le brainstorming est un calvaire et que quand tu te mets à chercher un nom pour ton activité, tu ressembles grossomodo à ça :

DON’T PANIC et lis la suite, ça va t’intéresser 🙂

J’ai donc fait une pause et j’ai voulu prendre le temps de comprendre ce qui se jouait derrière. Je me suis vite rendue compte que ce vent de panique n’était pas dû à mon nom en lui-même mais plutôt à toutes les conséquences négatives que j’étais en train de m’imaginer dans ma tête si mon nom n’était pas THE nom. Pour faire court :

  • J’avais peur de la réaction de mon entourage quand j’allais leur soumettre. Je les voyais déjà me dire « ouais bof, je vois pas trop le rapport » et je serais tellement démotivée que je devrai le changer
  • Je m’imaginais en soirée networking et j’avais peur que les gens ne le perçoivent pas comme je le voulais et donc de devoir me justifier en bafouillant, les yeux rivés au sol
  • Trouver un nom c’était avant tout une prise de position : le fait d’assumer qui je suis, ce que je fais, en parler et l’expliquer et c’est en fait TOUT CA qui m’intimidait
  • C’était aussi le premier pas pour assumer que je vais aider tel type de personnes pour tel problème et donc faire le choix de ne pas aider tous les autres, au risque de les décevoir
  • Dans la même veine, c’était quelque part assumer de m’attaquer à UN type de problème et donc accepter que cette idée était suffisante pour l’instant. Que je n’allais pas changer la face du monde, mais « juste » contribuer à ma petite échelle (« est-ce-que ça vaut la peine du coup ? », « est-ce-que je vais avoir des clients ? » dixit la petite voix dans mon cerveau), ce qui est au passage le mieux que l’on puisse faire à notre niveau 😉 .

J’en ai retiré plusieurs principes que je te partage ici :

1. Relativise

Tu as peur ? c’est normal, c’est parce-qu’il y a tout un tas de projections derrière le choix du nom. On anticipe l’avenir et on s’en fait une montagne.
Mon conseil : couche toutes tes peurs et anticipations sur papier. De cette façon, tu vois si tu es en train de te faire un film ou pas. Et rappelle-toi ces grands principes :

  • Fais le deuil de vouloir aider / plaire à tout le monde. Je sais que c’est dur mais il s’agit là d’accepter que tu n’es pas Superman. Oui, je sais que c’est dur à entendre mais j’ai une mauvaise nouvelle à t’annoncer : nous ne sommes que des minuscules êtres qui ne pouvons faire que de notre mieux, à notre humble échelle et avec toutes nos imperfections 🙂 Mais la super nouvelle c’est que tel que tu es aujourd’hui tu as déjà énormément de choses à apporter. Et ce serait du gâchis et presque égoïste de ne pas faire profiter les autres de ton immense potentiel. Le monde n’attend que toi pour s’en inspirer ! Pour le dire autrement :

Etre toi suffit. Amplement.
ETRE TOI suffit.
Etre toi SUFFIT
Tu peux te la répéter autant de fois que tu veux celle-là 😉

Alors plutôt que de penser à ceux que tu n’aideras pas, pense à tout ceux que tu peux aider maintenant et qui ne peuvent pas profiter de ce que tu as à leur offrir pendant que tu tergiverses 😉

  • Tu vas évoluer et ton offre avec. Tu n’es pas figé. En tant qu’humain on avance constamment et c’est ok si ton nom ne colle plus à un moment donné. Tu auras eu le temps de construire ton univers d’ici là et ton nom n’aura alors plus d’importance 😉
    Ou tu pourras toujours le changer 😉

Au passage, je fais tomber tout de suite 2 mythes pour que tu te détendes :

  • Ce n’est qu’UN aspect de ta communication : ta charte graphique, ton slogan, les images, le ton et le vocabulaire utilisés, la qualité de ton service, son prix, etc sont autant d’éléments importants à travers lesquels tu vas aussi (et surtout) exprimer ton message.
  • Ton nom ne doit pas représenter ton concept à 100% : c’est totalement impossible et absolument inutile. D’ailleurs bien souvent, le nom n’a pas de signification ou n’a pas grand chose à voir avec ce que l’entreprise propose. Je reprends l’exemple de ma mentor Solène Pignet et que je trouve on ne peut plus parlant :

« La plus grande marque de la Terre a choisi comme nom … Pomme (Apple). Si ça ce n’est pas une bonne preuve que le nom n’a (quasi) aucune importance !! »

En bref, ton nom ce n’est QUE la porte d’entré de l’immeuble. Tu es d’accord que le plus important ce sont les éléments structurels et l’aménagement intérieur, n’est-ce-pas ? 🙂

Les seuls critères super importants sont : un nom disponible, plutôt court et facile à retenir, qui ne se confonde pas avec un concurrent. Et c’est tout.

2. C’est TON nom

Au moment où tu choisis ton nom tu es censé déjà être plus ou moins au clair sur ce que tu veux apporter de différent à ce qui existe déjà. Donc rappelle-toi :

  • Qui tu veux aider ?
  • A vivre quelle transformation ?
  • Pourquoi c’est important pour toi ?
  • Au fond de toi, comment tu veux faire évoluer le monde grâce à ton activité ?
  • Quelle est la philosophie derrière ton message ?

Ecris tes critères rationnels indispensables. Pour moi c’était :

  • pas de prénom + nom,
  • pas une phrase,
  • un nom large et évocateur,
  • qui s’adresse à la vague de ce que je considère comme « les entrepreneurs nouvelle génération» qui s’inscrivent dans les enjeux propres à notre époque : entreprendre pour aimer ce qu’on fait, être libre de créer ce qui nous tient à cœur, vivre son travail comme une vocation, se sentir utile au monde à travers notre activité, sans sacrifier son équilibre vie pro / privée.

Rappelle-toi que c’est TON idée, TON projet, c’est TOI qui le portes avec ton cœur et tes tripes. Donc oublie le protocole classique et autorises-toi à choisir ton nom de ton côté. Et ensuite seulement tu l’annonces à tes proches (tu ne leur demandes PAS leur avis).
Ce que tu dois chercher à faire, c’est d’assumer pleinement ton nom : de cette façon tu le présentes en étant sûr de toi et plein de confiance. C’est plus difficile de contredire quelqu’un qui parle avec aplomb, pas vrai ? Et tu verras qu’ils n’en seront que plus contents pour toi !

D’ailleurs tu as le bel exemple de Steve Jobs dans cette vidéo à 19 minutes et 30 secondes.

3. Entre dans le flow

Comme toi peut-être je n’ai pas un penchant très fluide à l’imagination et j’ai donc voulu nourrir mon inspiration. Je me suis rappelée de noms que j’avais entendu autour de moi et qui avaient retenu mon attention. J’ai surtout cherché à comprendre pourquoi ils avaient retenu mon attention.

Autorises-toi à laisser aller ton imagination pour le simple plaisir du processus. Je m’explique : ne te dis pas que tu veux absolument trouver un nom là aujourd’hui tout de suite. Mets-toi plutôt dans le mood où ta simple intention se limite à vouloir explorer jusqu’où ta créativité peut t’amener. Prends ça comme un jeu ! Et rabaisse la pression. Dans tous les cas, tu vas ensuite sélectionner ceux qui te plaisent le plus, laisser décanter et revenir plus tard dessus.

4. Le plus important de tous les critères : AIME ton nom

Une fois que tu as sélectionné ton TOP 5 répondant à tous tes critères (5 c’est énorme, moi il m’en restait 2 à ce stade ^^), répète à voix haute ton nom :

Je suis . . . . et je suis le(la) fondateur(trice) de . . . .

Alors comment ça sonne ? Des papillons dans le ventre ? C’est bon signe !
Est-ce-que tu te projettes ? Il te fait sourire ? Il te ressemble ? Tu te l’appropries ?

Répète l’exercice plusieurs fois et ferme les yeux si ça t’aide. Le plus important étant que tu kiffes ton nom !

EN CONCLUSION, c’est normal que la recherche de ton nom te prenne de l’énergie et te fasse vivre des émotions dans tous les sens. Cependant, si tu as correctement posé les bases nécessaires auparavant, j’espère que tu auras compris qu’il serait dommage d’y passer des mois, et que ces quelques retours d’expérience t’aideront à te mettre en action ! Le plus important de tout c’est d’être fière d’en parler.

Et donc pour bien ancrer tout ce travail, je suis fière de vous annoncer que . . .

. . .

Je suis Camille Guégan, la fondatrice d’OPTION Y : la plateforme qui aide les entrepreneurs nouvelle génération à lever les barrières mentales et émotionnelles qui les empêchent de déployer le projet qui compte pour eux.

Wouhou !

Maintenant je serai curieuse d’avoir ton retour d’expériences 

  • Pour toi aussi cela a été un moment de stress de choisir un nom pour ton activité ?
  • Quelles stratégies as-tu mises en place ?

Et si tu n’en es pas encore là :

  • Tu appréhendes déjà à l’idée de choisir ton nom ?
  • Comment vas-tu faire pour bien vivre ce moment ?

Réponds à ces questions en commentaires, je serai ravie de te donner des pistes pour t’aider à avancer sur ce terrain glissant !

Pour être tenu informé des prochains articles, tu peux t’inscrire ici

Camille Guégan | Coach de vie pour les entrepreneurs nouvelle génération

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

J'envoie d'autres articles comme celui-ci chaque semaine à mes abonnés pour les aider à concrétiser le projet qui leur ressemble . Rejoins-les grâce au formulaire ci-dessous, c'est gratuit et tu te désinscris quand tu veux :

Photo de Camille

Camille Guegan

J’accompagne les gens qui veulent être acteur de leur vie en les aidant à déployer le projet qui répond à leurs valeurs. Je les aide à se retrouver pour être l’entrepreneure qu’ils ont envie d’être.

Cet article a 2 commentaires

  1. Coucou Camille, c’est Camille ! :p
    Merci pour cet article bienveillant et qui aide à relativiser tout en restant optimiste et dans l’action 😊 je l’ai transmis à une amie (hors BP) et elle l’a trouvé super !
    Ça m’a trop donné envie de découvrir ce que tu fais d’autre sur ton blog, en tout cas je m’inscris à ta newsletter 😉
    Bisous et à bientôt !

    1. Hey salut Camille !
      C’est top qu’il t’ait permis de relativiser et à la fois de rester en mouvement, c’est vraiment mon intention 😉
      Accepter de douter et comprendre que ça fait partie du processus, c’est une clé essentielle pour avancer sans se mettre (trop) de pression.
      Merci d’avoir pris le temps de me faire ce retour !
      A vite bisous

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu