Comment choisir entre plusieurs idées de projet ?

Titre illustré

Si tu sais dans les grandes lignes ce que tu veux faire au sein de ton projet, MAIS que tu hésites entre plusieurs idées qui te paraissent toutes avoir des avantages et des inconvénients à différents niveaux, alors cet article est pour toi.

C’est hyper important de prendre le temps de bien choisir l’idée globale que tu veux défendre dès le départ, car même si tu pourras réajuster le tir au fur et à mesure que tu évolues, construire ton business sur des fondations solides te donnera une direction claire et t’évitera bien des détours.

Etant moi-même passée par toute une série de questionnements, j’ai réalisé après coup que j’ai perdu beaucoup de temps à me poser les mauvaises questions. Je souhaite ici t’éclairer sur les réflexions qui m’ont été les plus utiles au moment de faire ce choix.

Voici 5 conseils que j’aurais aimé recevoir pour aller à l’essentiel et te faire gagner un temps précieux pour aboutir à ton idée.

D’abord un petit rappel de base : pour qu’une idée de business soit potentiellement viable, elle doit être à l’intersection de deux éléments :

  • TOI : tes aspirations, tes convictions, ce que tu kiffes faire, ce en quoi tu es naturellement doué
  • LE MONDE : les gens seront prêts à te payer seulement si tu les aides à améliorer leur vie. Si tu réponds à un de leurs besoins ou si tu résous un de leurs problèmes.

Si tu ne te bases que sur le premier, tu prendras beaucoup de plaisir au quotidien mais tu risques d’avoir peu de clients et donc d’avoir moins d’occasion de faire ce qui tu aimes. Et sans argent tu peux dire bye bye à la liberté à laquelle tu aspirais tant en voulant te lancer.

Si tu ne tiens compte que du deuxième, tu risques au contraire de t’épuiser en devant redoubler d’efforts pour fournir des résultats en décalage avec qui tu es. Ton aventure entrepreneuriale risque alors d’être difficile à vivre et dénuée de sens, et j’imagine que ce n’est pas ce que tu veux non plus.

On va donc chercher à répondre aux deux éléments.

1. Ouvre-toi aux possibilités

Il s’agit là d’aller partir à la recherche de qui pourrait avoir besoin de toi et dans quelles circonstances.
Pour ma part, je savais dès le départ que je voulais faire du coaching pour aider les gens à mieux vivre leur vie professionnelle. Avouons que ça reste vague et que c’est beaucoup trop light pour en faire un business viable (c’est d’ailleurs pour ça que la majorité des « coachs de vie » ne vivent pas de leur activité) : je n’avais aucune idée de qui je voulais aider exactement ni à quel besoin précis je voulais répondre.

Mon conseil :

inspire-toi de chaque personne que tu rencontres, discute avec les gens et écoute-les de ton oreille attentive : pose-leur des questions et intéresses-toi à leurs problèmes, ceux qui sont en lien avec ta thématique. Regarde de quoi est faite l’actualité dans ton secteur, les sujets qui reviennent, observe quelles sont les tendances qui ont le vent en poupe et les problèmes qui émergent de notre époque. Creuse pour comprendre les aspirations et la motivation profonde des autres.

2. Liste tes idées

Je me suis rendue compte à quel point le monde du travail était en mutation. Avec des salariés qui aspiraient à plus de liberté et de reconnaissance, qui étaient prêts à tout pour s’épanouir dans leur job et même à entreprendre. Tiens tiens, ça résonnait déjà pas mal avec mon histoire personnelle. J’y reviens dans quelques points 😉

J’avais donc pleins d’idées, dont j’ai vite éliminé la plupart d’entre elles pour aboutir à deux idées principales :

  • Faire du coaching en reconversion professionnelle
  • Accompagner les nouveaux entrepreneurs à monter leur business

Je savais que les deux avaient pas mal de potentiel étant donné mes recherches mais je n’avais aucune idée de ce qui me conviendrait le mieux.

Toi aussi fais la liste de toutes tes idées.

3. Confronte-toi au terrain pour explorer ce qui te fait vibrer

Faire des suppositions c’est bien, les confronter à la réalité c’est mieux.Une fois que tu es au clair sur les idées qui t’intéressent le plus, surtout ne succombe pas à la tentation d’y réfléchir dans ta tête pendant des semaines en essayant de peser le pour et le contre, et risquer de te perdre dans les méandres de théories hasardeuses.

Pour l’instant voici l’idée :

Tu vas tester tes idées sur le terrain pour identifier ce qui te met dans le flow.

Le flow c’est cet état où tu ne vois pas le temps passer lorsque tu fais quelque chose. Tu t’y sens tellement à ta place que tu peux y passer des heures et des heures, sans jamais t’en lasser.

Mieux encore, tu en ressors avec plus d’énergie qu’au départ. Tu peux voir ton niveau d’énergie comme le curseur qui t’indique : ce que tu kiffes faire, les gens avec qui tu adores travailler, les sujets qui t’inspirent et dont tu pourrais parler pendant des heures.

Mon conseil : fais ça gratuitement au début.

Pour te mettre dans l’état d’esprit où ton seul but est de ressentir et d’être à l’écoute de ce qui te fait vibrer. Tu explores, pour le fun et sans te mettre la pression de devoir prendre une décision tout de suite, avec quel profil de personnes tu adores travailler et quel genre de problème tu veux résoudre dans le monde.

2ème conseil :

Ne panique pas si tu réalises que ce que tu adores n’est pas encore dans le champ de tes compétences.

L’essentiel est d’identifier ce que tu aimes.
Pour le reste : tout s’apprend.

Personnellement c’est grâce à l’expérience que j’ai su que ce qui me faisait vibrer c’était d’aider les entrepreneurs. Pourquoi ? Parce que pour moi l’entrepreneuriat représente le saint-graal de la reprise du pouvoir sur sa vie. Et c’est ce que je veux : redonner leur pouvoir aux gens.

4. Et si tu n’avais pas peur ?

A ce stade j’avais beau avoir identifié que je préférais bosser avec des entrepreneurs, je flippais parce-que tout un tas de couveuses d’entreprise existent déjà, gratuites qui plus est, et donc j’avais la trouille de ne jamais pouvoir avoir de clients.

D’un autre côté, la reconversion était en plein dans l’actualité et je voyais quelques coachs réussir autour de moi dans ce domaine, ce qui me confirmait que c’était ÇA la bonne opportunité à saisir. Mais du coup, j’avais le c** entre deux chaises parce-que grâce à l’expérience, j’ai réalisé que c’était clairement pas ce qui me faisait le plus rêver.

Fais la liste d’absolument tout ce qui te fait peur, sans restriction, et puis demandes-toi :

  • Si tout était possible, qu’est ce que je voudrais faire ?
  • S’il n’y avait aucun enjeu financier derrière, qu’est-ce-que je ferai ?
  • Si je ne devais écouter que mon cœur, laquelle je choisirais ?
  • Si je n’avais pas besoin de répondre aux attentes des autres / Si je n’avais pas peur de ne pas avoir de clients / … , qu’est-ce-que je ferai différemment ?

5. Cherche le fil rouge entre tes idées de projet et ton histoire personnelle

Base-toi sur TOI et ton histoire. Et pose-toi les seules bonnes questions : celles qui sont inscrites dans une énergie d’amour et de volonté de donner le meilleur de toi-même pour les autres, pas dans une énergie de peur de la réaction ou de l’absence de réaction des autres.

Et rappelle-toi :

  • Quelle était ta motivation à l’origine de ce projet
  • Ce que tu veux changer dans le monde
  • Tes convictions personnelles et comment tu veux faire bouger les lignes autour de toi
  • Tes expériences personnelles qui t’ont amené à nourrir ce point de vue

La meilleure idée de business sera celle qui part de ton histoire.

Car l’idée qui part de ton histoire fait sens pour toi et elle est tirée d’un vécu. Et il y a peu de chances que tu sois la seule personne au monde à avoir vécu cette difficulté. Alors sois ton premier client !
En plus, partir de ton histoire te garantira de garder la motivation nécessaire pour persévérer dans la durée, tout simplement parce-que tu es personnellement touché par ta cause.

A titre d’exemple, voici ce que ça a donné pour moi :

Le fil rouge entre la reconversion et l’entrepreneuriat ? Des gens qui ont décidé de mener leur vie comme bon leur semble et de reprendre leur pouvoir personnel pour y arriver.

Pourquoi ça me parle ? Parce-que je n’ai jamais connu d’entreprise qui m’a permis à la fois de déployer mon potentiel ET de kiffer mon quotidien ET d’améliorer le monde (d’après ma propre vision des choses).

Mes convictions derrière (enfin une partie ^^) ? Les entrepreneurs ont le pouvoir de changer la société / Les entrepreneurs qui écoutent sincèrement leurs convictions auront forcément de bonnes intentions / Si les entrepreneurs avaient conscience de leur potentiel et développaient le bon mindset, ils réussiraient tous.

Résultat ? J’aide les entrepreneurs à dépasser leurs blocages internes et à faire de leur personnalité leur atout n°1 pour déployer le projet qui compte pour eux.

À ton tour maintenant !

Si cet article t’a aidé, n’hésites pas à le partager ! Tu pourras toi aussi aider d’autres personnes dans le même cas.

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur email

J'envoie d'autres articles comme celui-ci chaque semaine à mes abonnés pour les aider à concrétiser le projet qui leur ressemble . Rejoins-les grâce au formulaire ci-dessous, c'est gratuit et tu te désinscris quand tu veux :

Photo de Camille

Camille Guegan

J’accompagne les gens qui veulent être acteur de leur vie en les aidant à déployer le projet qui répond à leurs valeurs. Je les aide à se retrouver pour être l’entrepreneure qu’ils ont envie d’être.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu